Comment lutter contre les violences ?

lutte violence

La Brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ)

La BPDJ est une unité spécialisée de la Gendarmerie. La BPDJ intervient sur l’ensemble du territoire départemental de la Zone Gendarmerie.

Parmi ses principales missions, la BPDJ: – est présente dans les quartiers au contact des jeunes en lien avec les différents professionnels du social, du familial et bien entendu de l’éducatif. – intervient au sein des établissements scolaires (préventions des violences, racket, vol, explication de la loi, place du jeune citoyen dans la société, les dangers des technologies communicantes (GSM, Internet, réseaux sociaux, etc…), les produits stupéfiants, etc..

De part la formation de ses personnels, elle est également chargée de procéder aux auditions filmées des mineurs victimes (mise en confiance, aide à la restitution, explication du déroulement d’une enquête, assistance aux familles, conseils, etc..)

La BPDJ est une brigade atypique de la Gendarmerie dont la mission principale est d’être à l’écoute des jeunes qu’elle sait aider et conseiller.
C’est aussi une équipe de professionnels apportant son concours aux parents parfois désemparés face à des problèmes multifactoriels touchant leur enfant.
C’est encore une unité travaillant en lien étroit avec les différentes institutions de l’état, les associations et les collectivités territoriales.

Pré-adolescents, adolescents, parents, vous pouvez utilement contacter leur unité simplement pour recevoir un conseil et si nécessaire, pour demander un rendez-vous dans leurs locaux :
Plus d’informations : www.gendarmerie.interieur.gouv.fr

L’aide aux victimes

Pour tout public

Vous êtes victime d’une agression, d’un vol, de violences diverses ? Les structures citées dans cette rubrique peuvent vous aider. N’hésitez pas à les contacter.

Numéro de téléphone pour les victimes de violences Ecoute – Information – Orientation  :  “Le 08 Victimes” : 08.842 846.37

Pour les femmes

En France, une femme sur dix déclare avoir subi des violences conjugales.
La mobilisation de chacune et chacun est donc essentielle : victimes ou témoins, appelez le 3919.

Le 39 19 : Violences Conjugales Info

C’est un numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, ainsi qu’à leur entourage et aux professionnels concernés.
ll permet d’assurer une écoute, une information, et, en fonction des demandes, une orientation adaptée vers les dispositifs locaux d’accompagnement et de prise en charge. ll est anonyme. Il est accessible et gratuit depuis un poste fixe en métropole et dans les DOM.
Le numéro est ouvert du lundi au samedi de 9h à 22h. Le 3919 n’est pas un numéro d’appel d’urgence.

Le 0 800 05 95 95 : SOS Viols Femmes Informations

Ce numéro est destiné aux femmes victimes de viol ou d’agressions sexuelles, à leur entourage et aux professionnels concernés.
C’est un numéro d’écoute national et anonyme. Il est accessible et gratuit depuis un poste fixe en métropole et dans les DOM du lundi au vendredi de 10h à 19h.
Vous trouverez au 0 800 05 95 95 : écoute, soutien, information, accompagnement, aide pour faire valoir vos droits en justice.
Si vous le souhaitez, Viols-Femmes-Informations vous proposera une orientation adaptée vers les dispositifs locaux d’accompagnement et de prise en charge.

Plus d’informations : arretonslesviolences.gouv.fr

Zoom sur le mariage forcé

Selon la déclaration universelle des Droits de l’Homme « Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux. » Pourtant, les mariages forcés sont encore une réalité en France puisqu’un rapport du Haut Conseil à l’intégration a estimé à 70 000 le nombre de jeunes filles concernées chaque année.
Pour lutter contre le risque de mariage forcé, l’âge légal du mariage pour les femmes est passé en 2006 de 15 à 18 ans en mettant désormais les hommes et les femmes sur un pied d’égalité.
La loi prévoit également le nécessaire consentement des deux futurs époux, l’interdiction de la polygamie et des mariages entre personnes ayant des liens de parenté.
Unis pour le meilleur et pour le pire… Le mariage forcé consiste à être marié à une personne connue ou inconnue contre son gré.
Cette démarche ignore la volonté des jeunes femmes mais aussi des jeunes hommes. Cela a souvent des conséquences sociales et psychologiques car ces pratiques impliquent des sentiments d’humiliation ainsi qu’une perte de confiance en soi et en sa famille.
Les jeunes gens peuvent également être victimes de violences physiques et psychologiques (viol, enfants non désirés, enfermement, déscolarisation…). Les signaux qui doivent alerter.
Le risque de mariage forcé augmente pendant la période estivale et les vacances scolaires. Des pressions et des violences peuvent être exercées sur la jeune fille.
Les papiers d’identité et le passeport lui sont retirés une fois arrivée dans le pays, et elle n’a plus le droit de sortir, de se déplacer seule et de téléphoner à ses amis.
Elle peut en outre être l’objet d’insultes, de menaces, et parfois de violences physiques et de privations de toutes sortes. www.mariageforce.fr

Pour les minorités sexuelles

L’homophobie est donc un rejet de la différence, au même titre que la xénophobie, le racisme, le sexisme, les discriminations sociales, liée aux croyances religieuses, aux handicaps, etc…
Plus d’informations pour la lutte contre cette violence : www.sos-homophobie.org

Les numéros d’urgence

Le 17

Numéro qui vous permet de joindre la police et la gendarmerie.

Le 112

Numéro d’appel unique européen pour accéder aux services d’urgence, valable dans l’Union européenne.

Le 15

Numéro spécifique aux urgences médicales, qui vous permet de joindre 24h/24 le service d’aide médicale urgente (SAMU).

Le 18

Numéro qui vous permet de joindre les pompiers.

Le 114

Numéro d’urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes victime ou témoin d’une situation d’urgence, de solliciter l’intervention des services de secours (en remplacement des 15, 17, 18).
Ces cinq numéros d’urgence sont gratuits et peuvent être composés à partir d’un téléphone fixe ou portable, même bloqué ou sans crédit.

Le 119

Allô enfance en danger

Ce numéro national est dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être, ouvert 24h/24, 7 jours/7 et gratuit.

Danger d’Internet

Numéro vert national pour la protection des mineurs sur Internet, anonyme et confidentiel : 0800 200 000

Plus d’informations pour les jeunes : www.internetsanscrainte.fr

Autres articles Aides et droits

aides démarches

Comment se faire accompagner dans ses démarches ?

Renouvellement de carte d’identité, déclaration de naissance, divorce, obtention du permis de conduire, vie en union libre, déménagement, Pacs, vol de papiers, demande de passeport, adoption… Présentation de la marche à suivre au cas par cas. Les papiers La carte nationale d’identité Pour établir une carte nationale d’identité, il faut que vous vous présentiez à

aides sociales

Comment bénéficier des aides sociales ?

L’allocation chômage Si vous justifiez d’une durée minimale d’emploi de 122 jours (ou 610 heures de travail, ou 4 mois) au cours des 28 mois qui précèdent la fin de votre contrat de travail (terme du préavis), vous toucherez les allocations chômage : leur montant est établi à partir de la rémunération que vous perceviez avant de

se defendre en justice

Comment se défendre en justice ?

Excès de vitesse, voisin trop bruyant, pension alimentaire non payée… Quelle que soit la situation, il vous faudra parfois saisir la justice pour voir vos prétentions reconnues par un jugement. Toute personne a le droit d’accéder à la justice, quelle que soit sa condition, d’être jugée par les mêmes juridictions et selon les mêmes règles

aide santé

Mieux comprendre l’Assurance Maladie et les mutuelles

L’organisation de la Sécurité sociale La Sécurité sociale se compose d’un ensemble d’institutions qui a pour fonction de protéger les individus des conséquences de divers événements ou situations, généralement qualifiés de risques sociaux. On distingue 5 branches de la Sécurité sociale : la branche maladie (maladie, maternité, invalidité, décès), gérée par les CPAM, MSA, RSI, MEP… ;

protection sectes

Comment s’informer, se défendre contre les sectes ?

Présentes dans tous les secteurs d’activité, notamment sous le masque d’associations, les sectes prolifèrent, exploitant la faiblesse des individus, le plus souvent isolés à la suite d’une rupture familiale ou professionnelle. Mais il existe des moyens de se défendre contre elles. La Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) et